Une détox digitale : Pourquoi ?

Dernière mise à jour: 23.09.19

 

Depuis l’apparition d’Internet, les jeunes d’aujourd’hui souffrent de nouveaux mal-être profonds que l’on nomme la cyberdépendance. Ce trouble en atteint de plus en plus. Au début, on ne la voyait pas comme un problème majeur sur lequel tout parent aurait dû se pencher. Mais avec les menaces et les cas accaparants, on devient méticuleux sur le sujet et commence même à compter les heures que nos petits passent devant les écrans. Actuellement, la maladie touche aussi les adultes.

 

L’addiction à l’hyperconnectivité : comment ça se déclenche ?

Auparavant, elle concernait les enfants hyperdoués : les geeks, ou encore ceux qui souffraient de trouble de personnalité : timidité prononcée ou inadaptation sociale. Ils préfèrent s’immerger dans un monde virtuel, dans lequel ils peuvent emprunter n’importe quelle identité en dépit de ce qu’ils sont réellement. C’est eux qui choisissent volontairement de s’y concentrer.

Aujourd’hui, la popularisation des réseaux sociaux, la liberté et l’accessibilité d’Internet en permanence ont plongé beaucoup de personnes dans ce gouffre. On commence à vérifier ses emails toutes les cinq minutes, et finit par rester connecté des heures pour se tenir au courant des actualités. Certaines internautes ne dorment pas la nuit pour être en ligne. Ceux-là se laissent aller, quitte à négliger le réel au profit de leur profil imaginaire. Ils passent 24h sur 24h devant l’écran de l’ordinateur, du téléphone ou du téléviseur.

 

 

Quels sont les risques ?

Il s’agit d’une addiction qui à la longue peut générer de lourdes conséquences. Elle atteint non seulement notre vie sociale, mais exerce également un grave impact sur notre santé mentale et physique. D’ailleurs des symptômes physiologiques y ont été décelés. Vous pouvez facilement les reconnaître. Les signes liés à l’hyperconnectivité sont vastes. Les migraines chroniques, la sécheresse oculaire en constituent des exemples probants. Dans bien des cas, ils se traduisent aussi par des maux de dos, le syndrome du canal carpien et des troubles de sommeil et d’alimentation.

Des problèmes psychologiques peuvent apparaître. Les cyberdépendants montrent des symptômes du drogué quand l’Internet vient à leur manquer. Ils ressentent en permanence un vide intérieur que seul le virtuel arrive à combler. Ils s’irritent facilement et deviennent de plus en plus anxieux. Pour certains individus, ils sont conscients du temps qu’ils passent en ligne, mais se culpabilisent. Les cas extrêmes mettent en péril leur vie professionnelle et familiale, et peuvent même arriver jusqu’au suicide.        

 

Comment comprendre que l’on sombre ?

Tout commence par l’isolement. On préfère rester à la maison devant son écran au lieu de trainer avec des amis. Si on sort, on se concentre plus sur ses liens virtuels que sur la réalité. La solitude, l’éloignement et la réclusion constituent le principal point de départ qui montre que l’on devient accro à Internet. La surexploitation de sa connexion engendre indéniablement des troubles ou des difficultés psychologiques mettant en péril notre vie sociale et professionnelle.

Lorsque nos priorités changent et que l’on place en premier nos relations cybernétiques, il s’avère nécessaire de réfléchir sur le sujet. Certains addicts ne se sentent bien que s’ils sont en ligne. Et à chaque fois, les instants écoulés devant l’écran augmentent de jour en jour quitte à ne plus reconnaître la nuit de la journée. On ne parvient plus à se contrôler ni à réduire son envie de rester connecté. Un manque s’instaure quand on est en mode offligne.  

 

Le burn-out : C’est quoi ?

Comme n’importe quelle maladie, la cyberdépendance connaît différents stades, du plus léger au plus grave. Au début, la personne reste scotchée à son téléphone, et dès qu’elle n’a rien à faire, elle se rue dessus pour faire des recherches, des jeux en ligne ou surfer sur les réseaux sociaux. Tout autre loisir, en plein air, des activités comme la musique, la cuisine ou autre sont bannies de son programme.

Quand le problème n’est pas soigné à temps, le souffrant qui atteint ce degré d’asservissement à Internet méprise complètement son environnement réel. Il a créé et s’est immergé dans un autre monde : celui du virtuel. On ne le reconnaît plus. Sa vie professionnelle et familiale bascule. Surviennent et s’en suivent alors la perte d’emploi, le divorce, l’isolement et l’inconscience de ce qui est vrai.

Il s’agit d’une dépression qui laisse le malade méconnaissable. Il vit différemment et ne s’occupe presque plus de son corps. Il devient anxieux et ne se contrôle pas en public ou lorsqu’il se retrouve dans l’obligation de se socialiser avec des gens.  

 

 

Comment s’en sortir ?

Il existe des traitements pour émerger de ce gouffre. La solution est la detox digitale. On apprend à redécouvrir le monde et à se repositionner dans la société, à regagner petit à petit sa place. On recommence à se socialiser. La première chose à faire est de se débrancher du virtuel pour vivre dans le réel. On se réapproprie notre image. Pour cela, il faut d’abord prendre conscience de son mal-être pour avoir l’envie de s’en sortir.

Se reconnecter à soi-même s’avère important. On se concentre sur son projet de vie, sur ce qui est essentiel et sur ce que l’on souhaite devenir. Retisser les liens avec sa famille, se retrouver avec ses parents et ses enfants, prioriser les valeurs de ce qui fait de nous des humains et surtout profiter du moment présent : tout cela constitue l’objectif de la detox digitale.    

 

Solliciter une aide extérieure

Dans bien des cas, il s’avère important de se solliciter l’appui de professionnels en la matière. Certaines personnes ne peuvent s’en sortir sans recourir à un traitement. Un suivi psychologique et un accompagnement thérapeutique sont alors de rigueur. Des spécialistes vont aider à instaurer et à imposer de nouvelles règles de vie. Ils changent cette habitude d’être connecté en permanence pour redécouvrir la sensation primaire de vivre et de s’approprier la nature qui nous entoure. On apprend à profiter du moment présent.

Des institutions ont été créées pour traiter ces maux. Très en vogue dans la Métropole et les grandes villes du monde, se proposent les séjours de sevrage technologique. Ce concept nous promet une pause digitale et une déconnexion totale. Les coaches nous initient à la sophrologie, au yoga, à la méditation. Plusieurs activités physiques, jeux et loisirs viendront remplacer l’envie d’Internet.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...