Snowboard ? Pourquoi pas ?

Dernière mise à jour: 23.10.19

 

Comme tous les sports, le snowboard a un langage spécifique qui lui est propre. Il possède des termes techniques que seuls les connaisseurs pourront comprendre lorsqu’ils se parlent entre eux. En effet, des mots comme « Ollie », « coping », « bonker » ou encore « Bluntslide » vous rendront perplexes rien qu’en les entendant. L’activité dispose d’un large lexique que vous pourrez certainement assimiler au fur et à mesure que vous pratiquerez. Mais il existe également plusieurs notions que vous deviez savoir si vous débutez dans la discipline ou si vous prévoyez de vous y adonner.

 

Historique du snowboard

Jusqu’à maintenant, les origines du snowboard ne sont pas encore précisément déterminées. Pour les connaisseurs, ce sport à planche sur neige aurait vu le jour dans les environs de 1920. Le dépôt de brevets de Jake Burton sur ce qui est de nos jours, le snowboard, n’est apparu que plusieurs années après. Toutefois, plusieurs estiment que le monsieur serait l’inventeur de la discipline.

Cette dernière arrive aux États-Unis dans les années 1960. Il ne tarde pas à devenir l’une des activités les plus sollicitées en période hivernale. Cela lui a fallu 20 ans avant d’être autorisée dans les stations de sports. Depuis sa création, le snowboard n’a cessé d’évoluer. En effet, il s’est divisé en trois grandes catégories : le freeride, le freestyle et l’alpin.

Sur le continent européen, et précisément en France, une association a vu le jour en 1987. Aujourd’hui, l’AFS (Association Française de Snowboard) regroupe plus de trois milliers de compétiteurs et d’environ 6000 adhérents.

Quant à l’insertion du sport aux Jeux olympiques, il a fallu attendre en 1998 pour avoir des épreuves de slalom géant et de half-pipe (un demi-tube en neige pour faire des figures).

 

 

Les différents composants du snowboard

Afin de s’adonner le snowboard dans les meilleures conditions, il reste primordial que vous connaissiez les différents équipements dont vous aurez besoin. À commencer par la planche qui constitue le matériel principal, ce qui fait que ce sport porte son nom. Elle est généralement composée de deux spatules « nose » et « tail ». Sur les côtés, on retrouve le sidecut qui est habituellement recouvert d’un cerclage métallique. Ils forment ce qu’on appelle le « carre » et qui entre en contact avec la neige lorsque vous pratiquez votre activité.

Son profil est défini suivant les diverses technologies que les fabricants développent pour attirer les consommateurs, mais les plus marquants sont les types : camber, rocker, flat et hydrid. Ils se distinguent entre eux par leur design et l’emplacement des points de fixation.

En ce qui concerne ces derniers, ils assurent le système de relais avec la botte et la planche et vous offrent en grande partie votre stabilité et votre équilibre. Ils sont constitués d’éléments comme l’embase, le spoiler, ainsi que les straps avant et arrière.

 

Freestyle ou freeride ?

Lorsque vous êtes face à une piste ou un Snow-parc avec des obstacles tels qu’un half-pipe, un kicker (saut) ou encore un rail (rampes de métal), on parle de freestyle. La pratique de ce dernier requiert la réalisation de figures (trick).

Comme son nom l’indique, le freeride tire son appellation de l’anglais libre pour free, et ride pour courir. Il s’agit donc d’un trajet sans contraintes qui s’exécute dans la poudreuse et ne nécessite pas l’application des différents tricks.

 

Regular ou Goofy ?

Le snowboard rallie généralement plusieurs sports de glisse à son actif comme le skateboard, le ski ou encore le surf. Si vous en avez déjà pratiqué un de ces derniers, il ne vous sera pas difficile d’acquérir les notions une fois sur la planche.

Pour commencer, il vous faudra identifier votre niveau avant de vous lancer sur la poudreuse. On appelle « regular », les riders qui mettent leur pied gauche en avant. Et si vous vous tenez debout avec celui de droite en évidence, classez-vous dans la catégorie des « Goofy ».

Si vous n’arrivez pas encore à déterminer votre profil, vous pouvez pratiquer quelques séries de tests par exemple, glisser en chaussette sur un parquet, ou vous faire pousser par quelqu’un. Vous constaterez immédiatement quel sera votre premier réflexe.

 

Comment se protéger pendant la pratique du snowboard ?

Le snowboard se pratique généralement pendant la saison hivernale ou dans les régions de hautes montagnes, où la neige est continuellement présente. De ce fait, il reste donc important de se préserver du froid. Adoptez une combinaison qui vous tiendra au chaud. De plus, ce type de vêtements « uni » empêchera certaines parties de votre corps d’entrer en contact avec la neige en cas de chute.

Le port de casque pourrait vous être d’une aide salvatrice pendant votre activité. En effet, il limitera d’une manière certaine les risques de traumatismes et autres blessures à la tête en cas d’impacts ou de glissade par inadvertance.

Les lunettes constituent également une catégorie d’accessoire qui pourrait vous être utile afin d’optimiser votre vision sur la piste. Il existe des modèles performants sur le marché pour protéger vos yeux des UV ou encore des lumières éblouissantes se reflétant sur la poudreuse, et peut être source d’accidents.

 

 

Bien entretenir sa planche

Si vous souhaitez prolonger la durée de vie de votre planche et profiter au maximum de ses performances sur de longues périodes, il est nécessaire de l’entretenir. Comment procéder ? Le processus s’appelle « le fartage ». Pour le réaliser, vous aurez besoin de quelques équipements comme la cire, un fer spécial fartage, une raclette, une brosse et du tissu.

Avant d’entreprendre une quelconque action, assurez-vous de retirer l’intégralité des fixations. Les vis pourront s’endommager sérieusement au contact d’une température élevée. Ensuite, faites en sorte de nettoyer la semelle et d’enlever les restes de neige et de terre avec un produit spécifique et un tissu.

Appliquez la cire que vous ferez fondre avec le fer en effectuant de lents mouvements rotatifs. Faites attention à ne pas stagner trop longtemps sur une zone afin de ne pas abîmer votre planche. Laissez refroidir et raclez la structure grâce à votre accessoire.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...