Les techniques de base au jeu de tennis de table

Dernière mise à jour: 06.12.19

 

Accessible au grand nombre, ce sport favorise la détente. Il se joue en famille, entre amis et également en compétition. Mais pour arriver à ce dernier stade, il faut beaucoup d’entraînement ainsi que la maitrise des techniques de base en la matière. Si vous débutez et souhaitez améliorer vos coups, découvrez avec nous les essentiels à savoir sur le ping-pong.

 

Le maintien de la raquette 

Pour vous initier dans ce domaine, il faut commencer avec le point le plus élémentaire : la prise de la raquette. C’est de la force et la manière dont vous tenez cet accessoire que dépendent votre dextérité et votre faculté à répondre aux coups de votre concurrent. Pour maitriser ce jeu, la technique de frappe choisie par le sportif semble décisive. On ne parvient à vaincre son adversaire qu’avec les bons mouvements et un mental de fer. Ainsi, entre les deux modes proposés, il faut opter pour celui qui nous met le plus à l’aise.   

Il existe différentes méthodes pour tenir cet équipement. La première est celle du classique ou celle de l’Européen. Dans ce cadre, le joueur tire profit des deux faces de la raquette et les emploie à son avantage. En outre, il reste la prise chinoise et coréenne. Ces dernières ne se servent que d’un seul côté du dispositif. Cette technique conditionne une meilleure défense aux pratiquants. Sous le jargon des spécialistes, il s’agit du :

  • Shake hand 

D’après ce nom, cette technique vise à maintenir la raquette aussi aisément que possible en imitant les mouvements d’une poignée de main. Le pouce se place sur l’extrémité droite de l’équipement et l’index sur la gauche. C’est avec ces deux éléments que le joueur contrôle son angle de frappe. Les trois doigts qui partent du majeur tiennent fermement le dispositif. Grâce à ce style, il s’avère plus simple d’appréhender la touchée de la balle.

  • Pen holder  

Littéralement, cette technique se traduit sous le nom de porte-plume. Elle se base sur une prise de la raquette de ping-pong à la manière de tenir un stylo. Le pouce et l’index assurent le rôle principal en entourant le manche. Les restes des doigts offrent de l’appui sur la facette externe de l’accessoire. Cette pratique ne convient pas au débutant dans le jeu ni aux amateurs. Seuls les professionnels sont aptes à parfaitement maitriser cette lancée.

 

 

Les attaques dans le monde du tennis de table

En matière de jeu, le sportif ne va pas se limiter à encaisser le coup durant le match. À un certain moment, il passe à l’offensive. Dans ce cas précis, il dispose de plusieurs options d’attaques.

  • Le Topspin  

Il s’agit du meilleur coup que l’on puisse lancer sur la table. Il se concrétise avec un accrochage droit ou un revers. Le joueur accentue la vitesse de la balle au moment de l’impact grâce à une frappe qui part de bas en haut. Ainsi, en coupant le mouvement du projectile vers l’avant, celui-ci plonge vers la table et reprend de la force avec le rebond.

  • Le Sidespin 

Cette technique se fonde sur l’effleurement de la balle d’une manière optimale. Elle consiste à la frapper d’arrière en avant. Elle va rebondir et partir sur le côté. C’est généralement pendant le service que les sportifs opèrent de cette manière. Les professionnels se lancent dans cette manœuvre pour garantir un effet de surprise à son adversaire et en plein cœur du jeu.

  • Le smash 

Il s’agit de la plus simple attaque pendant l’échange. Cette tactique consiste à frapper avec force le projectile pour accroître sa vitesse. Elle fait appel à la puissance du joueur. Le doigté s’accompagne d’un mouvement rapide des bras.  

  • Le flip 

Pour répondre à l’assaut de son adversaire, on utilise le flip. C’est un coup qui convient pour riposter une balle courte qui ricoche en milieu de l’échange. Souvent, il demande à ce que le sportif fasse un pas d’avant pour avoir un meilleur appui et accentuer sa force de frappe. Tout se joue dans la rapidité et grâce à un mouvement sec du poignet. Cette offensive donne plus de pression au concurrent.

 

 

Les techniques de défense

Pour défendre son terrain, plusieurs manœuvres peuvent être envisagées.

  • Le coupé 

Cette manipulation s’applique par un mouvement vers le bas. Le joueur a recours à la défense coupée juste avant que la balle ne ricoche. Ainsi, il dispose la raquette à l’horizontale pour obtenir l’effet. La vitesse de frappe reste faible et le projectile s’envole doucement. L’adversaire se trouve alors dans l’obligation de redresser cette dernière.

  • Le chop 

En d’autres termes, ce procédé définit la coupe en rotation arrière. Le sportif utilise cette technique pour répondre à une touche lancée en inférieur. Au moment de la frappe, on s’apprête à couper la balle très rapidement pour lui garantir un roulement en revers. On emploie ce type de jeu pour contrer les projectiles spinés. À cet effet, le jeu devient plus calme et les deux parties peuvent reprendre leur souffle et disposent de quelques secondes pour se détendre. 

  • La défense ballon 

À chaque attaque s’offrent des solutions de retour. Ce dérivé constitue la réponse adéquate pour venir à bout et maitriser les smashs de son adversaire. Il repose sur une frappe à distance dont la finalité est de renvoyer la balle aussi loin que possible. Pour y arriver, il utilise un topspin ou un sidespin en tendant le projectile en hauteur et de l’autre côté de la table. 

  • Le bloc 

Celle-ci demande à ce que le joueur se place au plus près de la table. Ainsi, dès que la balle arrive, il riposte aussitôt. Il utilise cette technique pour feindre les coups de topspin. Elle ne requiert pas beaucoup de force. Au contraire, le sportif fait appel à sa délicatesse pour ne pas frapper la balle, mais juste la laisser se cogner sur sa raquette. 

  • Le contre 

Ce jeu rappelle celui du bloc et ne se diffère que sur un seul point. La frappe au premier coup se fonde sur un mouvement bref.

              

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...