Les différents types de locomotion électriques les plus pratiques en ville

Dernière mise à jour: 22.09.19

 

Depuis maintenant quelques années, les voitures ne monopolisent plus le transport urbain quotidien. En effet, des modes de locomotion émergent sur tous les côtés, boostés par l’évolution de la technologie. Cependant, les débats sur les réglementations de ces types de véhicules font rage. Avec leur performance et leur design, il est difficile de classer qui peut emprunter telles ou telles infrastructures. Pour avoir une idée de ces équipements, nous vous invitons à parcourir cet article.

 

Le vélo électrique : le classique reconverti

Le vélo électrique est le moyen de transport en essor sur le marché de l’hexagone. Il diffère de son homologue traditionnel par la présence de son moteur souvent installé sur le cadre ou sur le pédalier. Il est doté de capteurs de transmission, d’une batterie et d’un boîtier de commande. Ce dernier vous donne la possibilité d’apercevoir les informations relatives à votre activité comme votre vitesse, la distance parcourue ou encore votre itinéraire ou votre situation géographique pour les plus perfectionnés.

Bien que l’effort fourni par le cycliste soit moindre, il requiert souvent une action de pédalage pour le mettre en marche, mais cela sans s’épuiser. Ainsi, il convient à tous les types d’utilisateurs, petits et grands, jeunes ou vieux. Il peut vous envoyer à une vitesse de 25 à 75 km selon le modèle. Sa particularité réside dans cette autonomie et sa faculté à parcourir de longues distances sans avoir besoin d’être chargé. De plus, lorsque vous tombez en rade, vous pouvez toujours continuer à avancer en pédalant.

Toutefois, le poids constitue un avantage pour certains utilisateurs. Avoisinant les 20 kg et plus il est parfois difficile de le transporter entre deux usages. Cet équipement est encombrant à moins que vous optiez pour un modèle pliable. Son coût est relativement élevé. Cependant, il représente un bon investissement si vous visez à faire des économies sur vos déplacements quotidiens tout en restant écologique.

 

 

La trottinette électrique : le deux-roues simplifié

Si auparavant, la trottinette classique était destinée aux enfants et aux jeunes, les modèles électriques, eux, ont séduit les plus grands. Comme leurs noms l’indiquent, ces derniers sont dotés d’un moteur qui agit comme une assistance présente sur un vélo électrique. Ils disposent généralement d’une gâchette se trouvant au niveau du guidon. Il suffit de l’actionner pour bénéficier de la fonctionnalité.

Contrairement à une bicyclette, les efforts à fournir sont quasi-inexistants. Sur certains spécimens, vous pouvez même rencontrer des sièges pour que le conducteur puisse s’asseoir sur de longs trajets, limitant ainsi les effets de la fatigue. En général, la batterie d’une trottinette électrique ne tombera en rade qu’après 30 km de route.

Les dimensions réduites de ce type de véhicule lui permettent de se faufiler aisément entre les voitures lorsque vous faites face à des embouteillages. Il est également pliable et facilitera vos recherches de parking une fois arrivé à destination. Quand vous empruntez les transports en commun comme le métro ou le bus, il vous sera simple de le porter du fait de son faible encombrement. Son ultime bémol réside dans le fait qu’il ne reste performant qu’en milieu urbain. En dehors du bitume, vous rencontrerez des difficultés à le faire avancer.

 

L’Hoverboard : le skateboard électrique

Dans cette ère où la technologie est constamment présente dans notre quotidien, les moyens de locomotions ne cessent d’évoluer pour répondre aux besoins de chacun. Les amateurs de skateboard trouveront leur compte en optant pour l’Hoverboard. Cet équipement motorisé revêt l’aspect d’une planche pourvue de deux roues sur les côtés.

Habituellement, ce matériel ne dispose pas de pédales ni de guidon. Il se dirige via l’inclinaison du corps de l’utilisateur. Il est doté d’une batterie intégrée lui procurant une puissance intéressante et lui permettant d’atteindre une vitesse de 15 km/h et une autonomie de 15 à 20 km. Sa particularité réside dans sa rapidité de charge. En effet, il ne lui faut qu’environ 2 heures pour être de nouveau opérationnel. Il présente un design compact et des fonctionnalités sécuritaires comme une option de limitateur de vitesse en cas de descente.

Il est idéal pour les petits déplacements en ville, mais peut s’endommager sur les terrains accidentés. De plus, sa vitesse reste limitée comme le nombre de kilomètres qu’il peut parcourir.

 

Le gyropode : un moyen pratique, mais coûteux

Ce type de véhicule n’a fait son apparition sur le marché que récemment. Suivant les modèles, il peut être composé de deux roues latérales et d’un guidon ou seulement d’une roue centrale et d’un cale-pied. Il est doté d’une batterie fonctionnelle sur une durée de 3 à 8 heures. En moyenne, il peut supporter une capacité de 120 kg sans plier.

Économique et écologique, les risques de pollution sont rares avec cet équipement. Il est également silencieux et le bruit de son moteur ne vous dérangera pas pendant vos déplacements. Cependant, pour ces performances, vous devez mettre le prix. Il est relativement coûteux.

 

 

Trottoirs ou pistes cyclables, réglementations et sanctions encourues

D’une manière générale, il n’existe pas encore de lois ni de textes régissant les pistes que ces types d’équipement doivent emprunter. Les infrastructures présentes délimitent seulement les voies destinées pour les véhicules à moteur, les engins électriques et les piétons. Ainsi, les propriétaires de ces matériels doivent se soumettre au bon sens et au respect de tous. Habituellement, ils peuvent rouler sur les trottoirs à condition d’adapter leur vitesse à l’allure des marcheurs.

Les pistes cyclables sont réservées pour les vélos classiques et électriques, cependant, l’utilisation de la trottinette sur cette voie est tolérable dans certaines circonstances.

Toutefois, si votre modèle est capable de dépasser les 25 km/h, il est impératif de le déclarer auprès du ministère de l’Intérieur. Ainsi, il vous faudra respecter le décret limitant l’emploi abusif des engins à moteur dans les lieux ouverts à la circulation publique.

Dans tous les cas, l’usage de ces équipements n’est pas sanctionnable. Cependant, les amendes peuvent survenir sur des infractions à la réglementation relative à la circulation des piétons. Une peine d’emprisonnement justifierait également une conduite mettant en danger la vie d’autrui sur le trajet.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...