Le vélo et la libido : les réels effets

Dernière mise à jour: 21.11.19

 

Si le vélo est apprécié pour les solutions pratiques qu’il apporte en tant que moyen de transport, personne n’aurait pu se douter qu’il contribue également à booster la libido. Ce phénomène a été observé selon une étude à grande échelle menée par des chercheurs de l’université de Californie, aux États-Unis. Ils ont démontré que la pratique du cyclisme influençait de manière considérable sur le désir sexuel des femmes comme des hommes.

 

Le vélo : boosteur de libido féminine

Malgré quelques troubles que peuvent présenter les pratiquantes au niveau de leurs parties intimes, la conclusion de l’étude se porte sur le fait que la bicyclette contribue à apporter une meilleure fonction sexuelle aux femmes cyclistes. Ces données sont constatables dans la revue médicale « Journal Of Sexual Medicine ».

Les chercheurs ont basé leurs constatations et les résultats finaux sur l’étude de cas de 3118 femmes. Leur tranche d’âge ne dépassant pas les 40 ans, elles sont également originaires de cinq pays différents, dont les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Elles ont été réparties comme suit : 34 % se classaient dans la catégorie des personnes n’entrant pas en contact, de près ou de loin avec la pratique du vélo, soit non-cycliste, 50 % se présentent comme étant des cyclistes de faible intensité, c’est-à-dire, qu’elles montaient sur leur véhicule qu’occasionnellement et 13 % se retrouvent dans le profil des cyclistes à haute intensité.

Ce groupe de femmes a été soumis à une liste de questionnaires et interrogé en fonction de divers critères. Les chercheurs ont pris en compte le type de vélo qu’elles utilisent, que ce soit les modèles de montagne, de route, hybrides ou couchés. Elles ont également répondu aux genres de selle qui accompagnent leurs bicycles, la fréquence du port de short, le temps passé debout pendant les changements de position, la hauteur du guidon, et même le type de surface sur lequel elles s’exercent.

Les scientifiques n’ont pas non plus négligé l’importance de certains facteurs de risques afin que les résultats soient conformes aux conditions de vie réelles. Ainsi, ils ont ajouté l’indice de masse corporelle (IMC), l’hypertension, le diabète, ou encore la consommation de tabac.

L’aboutissement de l’étude a révélé que la pratique du vélo impacterait plus sur l’épanouissement des femmes sur le plan sexuel que n’importe quel sport. Pendant les exercices, le corps produit de l’endorphine, dit hormone du plaisir. Ce dernier nous plonge dans un état d’euphorie, une sensation contribuant au bien-être en général. Toutefois, elle ne se ressent qu’après 30 à 40 minutes après que nous ayons fourni des efforts pendant des activités physiques.

 

 

Des troubles néfastes à considérer

Même si les résultats de cette étude se sont avérés catégoriques sur le fait que le vélo joue un rôle conséquent sur la libido, les chercheurs n’ont pas oublié de mentionner que le matériel peut également être source de problèmes intimes. En effet, il existe des troubles gynécologiques engendrés par les frottements à répétitions de la selle sur les parties génitales. On peut citer entre autres des escarres, des irritations ou encore des infections urinaires.

Le réglage de la selle est donc primordial pour les cyclistes, amateurs ou professionnels. Les maux apparaissent également après un mauvais ajustement du guidon. Selon les études, lorsque la hauteur de ce dernier se trouve plus basse que celle de la selle, la posture du pratiquant provoque l’accroissement d’une pression au niveau du périnée. Par la suite, les organes génitaux sont atteints d’une diminution de la sensibilité.

 

Le vélo chez les hommes

Bien que faire du vélo augmenterait considérablement la libido chez les femmes, il l’est moins chez les hommes. Les effets de cet équipement ne sont pas aussi bénéfiques pour la sexualité masculine du fait que la pratique intensive du bicycle engendre des troubles érectiles. Ce mal a été l’objet de plusieurs études dans le début des années 2000 comme le bicycle riding, périnéal trauma, and erectile dysfunction ou encore le The vicious cycling : bicycling related urogenital disorders. Elles ont principalement démontré que la selle et les exercices non-stop sur le véhicule ont des répercussions importantes sur le bon fonctionnement des parties génitales des hommes.

 

D’autres bienfaits du vélo

Malgré ces risques, la pratique du vélo renferme de multiples bienfaits à part l’accroissement de la libido chez les femmes. D’une manière générale, elle permet une amélioration des performances en termes d’équilibre, de motricité et d’endurance. De plus, faire de la bicyclette préserve l’apparition d’éventuels maux de dos et de troubles lombaires. La posture adoptée pendant les exercices agit sur le bon fonctionnement des muscles dorsaux, et dans le même effet, un soulagement de la colonne vertébrale pour les personnes déjà atteint. Il est toutefois à noter que vous ne pouvez pas tirer parti de ces avantages lorsque vous empruntez un terrain accidenté. Il vous faudra donc rouler, à plat, sur route, et cela même pour de courtes distances.

 

 

Quelques conseils de pratique

Si vous êtes un passionné du cyclisme, sachez que ces maux ne doivent pas vous décourager, car il existe quelques techniques que vous pouvez adopter afin de les éviter. Vous devez tout d’abord commencer à trouver un vélo adapté à votre profil et à votre type d’activité. Pour cela, définissez dès le départ (à l’achat) le modèle qui convient le plus à votre pratique, si vous projetez de roule en ville ou dans les sentiers caillouteux. Selon le Journal of Sexual Medicine dans la rubrique Bicycle Riding and Erectile Dysfunction, se choisir le bon véhicule vous permettra de réduire considérablement l’apparition de ces risques.

Il est donc nécessaire de suivre ces quelques conseils pour parer ces troubles. Premièrement, vous pouvez opter pour un type de selle dit « large à nez raccourci ». Elle garantit surtout un bon placement des os lorsque vous vous asseyez dessus.

Faites également en sorte de bien régler la hauteur du guidon, de préférable plus élevé que la selle. Cela vous permettra d’adopter une posture bénéfique pour l’ensemble de votre morphologie et moins néfaste sur votre sexualité.

Lorsque vous projetez de parcourir une dizaine, voire une vingtaine de kilomètres d’affilé, assurez-vous de changer de position régulièrement. Comment ? En vous mettant debout sur les pédales pendant quelques instants afin de libérer la pression sur le périnée selon les spécialistes.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...