Le sport : une pratique qui augmente la tolérance à la douleur

Dernière mise à jour: 22.09.19

 

L’on ne sait que trop tous les bienfaits qu’apporte l’activité physique. Cela allant du bien-être sanitaire tout en passant par la satisfaction d’avoir un corps bien sculpté. Parmi les vertus du sport, l’on connaît surtout la régulation de la tension, le renforcement du cœur, la bonne digestion ou encore l’augmentation de la capacité pulmonaire. Peu d’entre nous savent que plusieurs médecins recommandent également cette discipline aux personnes qui souffrent de douleurs chroniques. En effet, ces dernières se voient soulagées par la pratique fréquente d’un entraînement bien structuré. C’est donc en ce sens que nous vous en disons plus dans les quelques lignes qui suivent.  

 

Usage d’anti-inflammatoires : les bons procédés

Les anti-inflammatoires figurent parmi les médicaments les plus consommés dans le monde. En effet, les maux de tête, la grippe ou encore les règles douloureuses font le plus souvent partie du quotidien de tout un chacun. La prise de ces comprimés permet de réduire non seulement l’intensité de la souffrance causée, mais aussi sa durée. La plupart d’entre nous se voient alors toujours tentées d’en avaler dès qu’un seul léger symptôme fait son apparition.

Il faut néanmoins savoir qu’il existe quelques contre-indications à cette habitude. Par exemple, il est fortement interdit d’en user sur les enfants de moins de 15 ans et sur les séniors de plus de 65 ans. Les femmes qui allaitent restent également concernées par cette restriction.

Bien entendu, si vous présentez des allergies à certains composants entrant dans la conception du produit en question, évitez de vous y aventurer. Aussi, si vous êtes atteint de maladies telles que l’ulcère digestif, des troubles de la coagulation, d’insuffisance rénale, de varicelle, d’asthme ou d’insuffisance hépatique, l’administration de ce remède est déconseillée.

 

 

Les dangers de la dépendance aux produits anti-inflammatoires

Lorsque l’on connaît cette solution, il devient difficile de s’en passer quand survient une migraine ou une rage de dents. Pourtant, chacun doit prendre conscience que la prise d’anti-inflammatoires n’est pas du tout sans risque. Bien au contraire. Les statistiques nous révèlent déjà plusieurs cas de décès dus à un excès. Cela sans parler des intoxications multiples. Ceci pour dire qu’il faut faire preuve d’attention quant à ces médicaments.

Par ailleurs, si vous devenez dépendant de ce remède, vous vous exposez également à des risques d’ulcères. Cela concerne notamment les comprimés d’aspirine ou d’ibuprofène. Le système digestif peut être atteint par les anti-inflammatoires. Parmi les symptômes, on distingue : les brûlures d’estomac ou encore les nausées permanentes après l’administration du produit. Ainsi, il vaut mieux modérer la consommation de ce dernier. C’est en ce sens que nous vous offrons quelques conseils de spécialistes dans cet article.

 

Réduire la consommation d’anti-inflammatoires : les nouveaux résultats scientifiques

Récemment, les professionnels de la santé ont bien pris conscience de l’urgence de la situation. Beaucoup trop de cas d’aggravation ont été rapportés suite à la prise d’anti-inflammatoires. Actuellement, les pharmaciens eux-mêmes se chargent d’informer les patients quant aux différents risques qu’ils encourent. D’où aujourd’hui, la popularité du soin aux huiles essentielles.

Ainsi, partout dans le monde, les chercheurs s’adonnent à plusieurs expériences afin de tirer une solution pour réduire de manière efficace la consommation de ces médicaments dangereux. L’une de ces études consiste à un renforcement du corps et de l’organisme par l’intermédiaire de la pratique d’une discipline physique. Les résultats sur 24 volontaires se sont avérés positifs. Les individus faisant du sport se voient plus aptes à supporter un certain seuil de douleur par rapport à ceux inactifs. Les scientifiques soulignent toutefois que le mal reste ressenti, mais est plus toléré qu’auparavant.

 

Renforcer son corps et son esprit en faisant du sport

Les douleurs chroniques peuvent constituer de véritables fléaux. Et même actuellement il n’existe pas vraiment de solutions satisfaisantes pour les patients. D’autant plus qu’il s’avère aujourd’hui dangereux de prendre trop souvent des anti-inflammatoires tels que les paracétamols ou encore les aspirines. Toutefois, d’après les résultats de recherches récentes, la pratique sportive serait une alternative qui fonctionne.

Ainsi, les médecins recommandent aux séniors de ne pas rester totalement sédentaires. En effet, même avec une activité modérée, l’on constate la différence. Pour une intensité de douleur identique, un sportif ressentira moins de souffrance qu’une personne qui se laisse aller. Bien entendu, cela ne concerne pas seulement les individus âgés, les jeunes sont tout aussi encouragés à adopter cette habitude. Pour ce faire, vous pouvez simplement opter pour de la marche facile ou un jogging tous les matins. Les maux divers ne vous feront ainsi plus peur.

Comme ce titre l’indique, la pratique du sport ne fait pas qu’améliorer notre état physique. Elle agit également sur notre psychisme. En effet, elle est aussi recommandée chez les personnes sujettes au stress ou à l’anxiété. Cela est lié à la production importante d’endorphine durant un entraînement intensif. En vous adonnant régulièrement à la marche ou au jogging ou à n’importe quelle autre discipline, un sentiment de détente et de relâchement aura tendance à vous envahir. Cela constitue donc un bon moyen d’évacuer les frustrations quotidiennes que l’on subit tous les jours dans notre foyer ou encore à notre lieu de travail.

 

 

Sur quelle fréquence par jour pratiquer du sport ?

Si vous venez tout juste de prendre conscience de la nécessité de pratiquer une activité physique quelconque, ne vous précipitez pas pour autant. Il reste indispensable de commencer à bon rythme. Ainsi, pour les débutants, l’idéal serait de faire des séances des 30 minutes durant 5 jours sur 7. Bien entendu, au fur et à mesure que votre corps s’adaptera, vous pourrez changer vos habitudes. Dans ce cas-là, vous pourrez vous exercer sur une heure d’affilée. Votre fréquence d’entraînement se verra donc réduite à 3 fois par semaine. Ces programmes s’adressent notamment aux personnes qui souhaitent tonifier et muscler davantage leur corps.

Pour celles qui ne recherchent que le bien-être et la santé, 2 heures hebdomadaires feront amplement l’affaire. À vous alors de fractionner votre temps selon vos possibilités, votre disponibilité et vos préférences.

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...