Le rugby n’est pas fait pour tout le monde 

Dernière mise à jour: 13.12.19

 

Le rugby est le sport collectif dans lequel cet adjectif prend tout son sens. Pour réussir à vaincre l’adversaire, il faut faire confiance à ses équipiers, peu importe le poste que l’on occupe pour avancer sur le terrain et ainsi marquer des points. En tant qu’amateur, la majorité des gens peuvent jouer, mais en ce qui concerne le sport en soi, tout le monde n’a pas forcément la carrure pour. En effet, il est surtout réservé à des personnes avec une grande forme physique et mentale.

 

Ce qu’il faut savoir

Comme toute autre discipline sportive et particulièrement de compétition, le rugby se joue en suivant des règles précises. L’objectif consiste à obtenir plus de points que le camp opposé et cela, avant le temps imparti. En touchant l’en-but adverse avec le ballon, on empoche un essai de cinq points. En marquant un but, on remporte deux points supplémentaires. Dans le cas d’une pénalité de l’équipe adverse, on gagne 3 points. Le terrain se répartit en plusieurs parties, dont la plus large est de 70 m. Ensuite, il y a les en-but de chaque côté qui mesurent 10 m. Et enfin, on trouve la zone stratégique de 22 m.

À l’inverse du football ou du basketball, le ballon de rugby ne se passe pas en avant, car cela vaut une pénalité ou une mêlée. En effet, il faut le lancer vers un coéquipier qui se trouve à l’arrière ou sur le côté. Toutefois, on peut le botter pour l’envoyer vers la ligne de défense opposée ou en direction d’un joueur revêtant les mêmes couleurs. Par ailleurs, si la personne portant la balle est toujours debout, elle peut courir vers l’en-but de ceux d’en face pour essayer de marquer.

Afin d’empêcher un adversaire d’atteindre votre en-but, il est autorisé de l’envoyer au sol. Cela s’effectue en le ceinturant pour le faire tomber. Bien sûr, on ne doit ni donner de coup d’épaule ni faire la « cathédrale » en retournant le joueur à la verticale. La mêlée consiste à se regrouper pour forcer les adversaires à reculer et à récupérer le ballon qui se trouve au centre. Nous distinguons la mêlée spontanée qui se déroule en plein match et l’ordonnée demandée par un arbitre après un arrêt de jeu.

Sans compter les remplaçants, le nombre de personnes devant se trouver sur le terrain est de 15 pour une équipe. Ils se divisent en deux groupes, dont les avants se composent des piliers, des talonneurs et des défenseurs. En ce qui concerne l’arrière, il est occupé par les demis, les ailiers gauches et droits et les centres.

 

 

Comment s’entraîner ?

Étant donné que ce sport ne se joue pas n’importe comment, il faut s’exercer régulièrement. Plusieurs points sont à perfectionner. Pour que la passe vole correctement et vite, prenez le ballon avec les deux mains, en les décalant un peu. Dirigez la pointe avant vers la personne à qui vous l’envoyez, prenez un élan et lancez. La main qui se trouve du côté de votre coéquipier vous servira de stabilisateur et l’autre apportera la puissance nécessaire pour projeter le ballon. Pour faire vriller l’ovale, tournez le poignet extérieur vers le bas quand vos bras s’étendent pour créer une rotation. Cet ovoïde devra en outre se trouver au niveau de votre bassin lorsque vous le propulsez en avant.

Même si cela vous semble facile, il vous faut vous entraîner régulièrement pour ne pas blesser l’adversaire ou vous faire mal pendant le plaquage au sol. Certes, le rugby est un peu brutal, mais cela reste un jeu. Commencez alors par relever les talons et plier les genoux. Ne baissez surtout pas la tête, car le joueur pourrait vous esquiver si vous ne le voyez pas. Collez vos épaules au niveau de sa taille ou de ses cuisses et passez vos bras autour pour le ceinturer. Vous n’aurez alors plus qu’à l’entraîner avec vous au sol en pliant vos jambes.

Au moment de s’emparer du ballon dans la mêlée, déstabilisez l’adversaire en le poussant. Placez la tête et les épaules au niveau du buste de l’autre joueur, sans descendre à la hanche. Pensez à rester sur vos pieds à tout moment, car si l’une des deux équipes remporte le ballon, réagir rapidement permet de s’emparer de celui-ci et de gagner des points.

 

 

Le rugby : un sport de contact agressif

Le plaquage et la mêlée sont des incontournables du rugby qui requièrent une grande force physique et beaucoup de résistance. Quand cela se produit, les risques d’accident sont élevés. C’est la raison pour laquelle, il faut avoir un corps taillé spécialement pour ce sport. Chaque individu possède une morphologie différente et même si la majorité peut se conditionner pour le rugby, tout le monde ne peut pas en faire.

Il n’est par exemple pas adapté pour les personnes chétives et les enfants. Chaque jour d’entraînement demande beaucoup de volonté, de l’endurance et de la force. Il faut en effet faire des abdos, des séances de gym, des courses de vitesses et d’agilité et bien d’autres exercices éreintants. Tous ceux qui le veulent ne peuvent pas forcément suivre les entraînements herculéens nécessaires à ce sport.

Mis à part les efforts physiques, prenez également en compte les dommages que le rugby peut causer sur votre corps. Il est rare que les joueurs soient catégorisés selon leur poids, ce qui cause problème sur le terrain. Une personne de 50 kg pourrait être gravement blessée si elle se trouve face à une autre de 80 ou 90 kg. À moins d’avoir un gros gabarit, les chances sont élevées d’avoir une commotion, une fracture ou une foulure.

Par ailleurs, l’une des raisons pour lesquelles les enfants ne doivent pas pratiquer le rugby, c’est tout simplement parce qu’il demande de l’agressivité. Cela peut engendrer de la violence à un certain moment, car même un adulte n’arrive pas toujours à discerner les moments d’entraînements et la vie quotidienne. Les petits pourraient alors emporter la rage du terrain à l’école ou à la maison.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...