Le capteur de puissance, incontournable pour la pratique du cyclisme

Dernière mise à jour: 20.06.19

 

Si auparavant, les capteurs de puissance étaient destinés aux cyclistes professionnels et aux athlètes de haut niveau, ces équipements sont devenus aujourd’hui des matériels communs pour les amateurs de bicycles. Après leur démocratisation, les dispositifs ont afflué sur le marché. Dans cet article, nous essayerons d’effectuer un tour d’horizon sur ces technologies qui ont innové le monde du cyclisme.

 

Capteur de puissance : les débuts

Dans les années 80, les recherches sur les évaluations de l’effort physique tendent vers le calcul de la consommation en oxygène et de la fréquence cardiaque du cycliste. Les données sont globalement enregistrées afin de juger la capacité de l’athlète. Mais les problèmes rencontrés par les scientifiques résident dans l’imprécision des analyses.

Ce n’est qu’en 1986 que l’ingénieur allemand Ulrich Schoberer met en place un équipement relatif à la mesure de la puissance mécanique : le pédalier de la marque SRM. Grâce à ce matériel, les conditions réelles sont prises en compte pendant le pédalage. Dans les décennies qui s’en suivirent, les grandes équipes professionnelles ont décidé d’intégrer le système pour suivre les coureurs. Rapidement, le dispositif s’est démocratisé si bien qu’aujourd’hui, les amateurs peuvent trouver des modèles accessibles à leur budget dans les magasins et les enseignes spécialisés.

 

 

La puissance proprement dite

D’une manière générale, on peut dire que la puissance est l’énergie que fournit le cycliste quand il appuie sur les pédales. Toutefois, cette valeur prend en compte divers paramètres tels que les conditions physiques du sportif ou encore son environnement d’exercice.

Le capteur évalue ces éléments afin de calculer le niveau d’effort produit par l’athlète. La vitesse de rotation des jambes multipliée avec la force d’exécution donne un chiffre exprimé en Watt. À l’inverse de la fréquence cardiaque, les résultats affichés après la mesure sont absolus.

 

Les atouts d’un capteur de puissance

Ces équipements ont donc une fin utilitaire pour les professionnels aussi bien pendant les compétitions que lors des séances d’entraînement. Ils regroupent bon nombre d’avantages à leur actif.

En premier lieu, ce gadget vous permettra d’évaluer votre potentiel physique et cela grâce à des données précises. Il s’agit d’une mesure directe des performances des cyclistes sans prise en compte des facteurs psychologiques, morphologiques ou environnementaux comme le stress, la fatigue, les conditions météos, la structure du terrain, et bien d’autres encore. C’est ce qui le diffère du cardiofréquencemètre.

À l’aide d’un capteur de puissance, vous pouvez également suivre votre niveau de progression. Vous avez la possibilité de comparer vos résultats de course avec ceux de vos activités précédentes pour mieux constater vos capacités.

Ces matériels vous seront aussi d’une aide pratique pour quantifier l’énergie que vous dépensez pendant vos exercices. De cette manière, vous apprendrez à calibrer ou à améliorer l’intensité de ces derniers. Ainsi, vous pouvez alors gérer efficacement vos séances et établir des stratégies relatives à vos techniques de pédalage.

 

Les différents types de capteurs de puissance

Sur le marché, vous rencontrerez des dispositifs accessibles à tous les budgets, mais également diverses déclinaisons de cet équipement. Le principe de fonctionnement de ces matériels reste le même, ils diffèrent seulement par leur mode d’installation sur votre vélo.

Les modèles classiques sont les capteurs sur le bras de pédalier. Ils mesurent la puissance d’une jambe et le multiplient par deux. Généralement, ils ne sont pas encombrants, car ils présentent un poids relativement léger. De plus, leur coût demeure abordable pour les consommateurs disposant d’un budget limité.

Les équipements installés dans le moyeu sont particulièrement fiables, d’après les usagers. Toutefois, leur assemblage requiert un démontage complet de la roue arrière. Il semble également plus intéressant de les utiliser si vous n’avez qu’un seul vélo.

Les capteurs à mettre en place dans le pédalier font aussi partie des spécimens les plus réputés dans le commerce. Ils sont en mesure de traduire en chiffres les efforts fournis par les deux jambes du cycliste.

 

Les limites du capteur de puissance

Malgré les avantages qu’on peut tirer de l’emploi de ces équipements, quelques bémols figurent toutefois au compteur. D’une manière générale, les nouveaux utilisateurs de ces dispositifs ont tendance à calquer leurs performances sur ces matériels. Si le but du capteur est de procurer aux cyclistes les données relatives sur leurs efforts, des usagers sont plutôt axés sur la lecture des chiffres pour pouvoir ensuite les dépasser.

Cet équipement n’est pas non plus conçu pour être un outil de comparaison entre les athlètes. Les mesures se doivent de rester des informations personnelles propres à chacun.

Il existe également le souci de compatibilité de ces dispositifs avec certaines catégories de vélos. Si certaines marques ont élaboré des spécimens polyvalents, d’autres se sont axés sur des appareils qui ne peuvent être adaptés qu’à un cercle fermé de type de bicycle.

 

 

Comment repérer l’équipement taillé pour vous ?

Dans tous les cas, acquérir un tel équipement vous permettra de faire le point sur vos performances, surtout si vous projetez de vous lancer dans une compétition dans les mois à venir. Toutefois, pour atteindre vos objectifs, il est nécessaire de se procurer le bon dispositif, c’est-à-dire, celui qui répondra sans condition à vos attentes.

Avant de commencer à parcourir les différents comparateurs de prix, la première étape que vous devez entreprendre consiste à vérifier la compatibilité de votre futur appareil avec votre vélo. Pour cela, vous pouvez demander des conseils au revendeur de votre gadget ou au fabricant de votre bicycle.

Il est également important que vous identifiiez le type de capteur en fonction de son positionnement sur votre engin. Pour cela, vous pouvez faire appel à différentes enseignes comme SRM et Rotor pour les modèles au niveau du pédalier, Power Tap pour les spécimens à installer sur le moyeu ou encore Garmin Vector pour les pédaliers.

Les fonctionnalités qui accompagnent les capteurs les différencient les uns des autres. Sur des produits perfectionnés, vous pouvez par exemple rencontrer une combinaison avec un cardiofréquencemètre. Et dans certains cas, vous pourrez également disposer de la durée du trajet et des calories dépensées. Faites tout de même attention si vous vous tournez vers ces catégories d’articles, car plus vous avez d’options sur votre appareil, plus l’investissement sera onéreux.

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...