JaxJox : le kettlebell connecté au service de la musculation

Dernière mise à jour: 14.11.19

 

Comme la technologie est actuellement présente dans notre quotidien et qu’on ne peut plus vraiment s’en passer, les concepteurs d’équipements sportifs ne s’en privent également pas depuis maintenant quelques années. Le but : optimiser les performances des athlètes de manière pratique et ergonomique afin de récolter des données précises sur leur évolution. En matière de kettlebells, les fabricants ont apporté leur lot d’innovation avec le lancement du JaxJox, la boule connectée. Plus de détails sur cet objet qui fait fureur sur la Toile ces derniers temps.

 

L’origine du kettlebell

Étymologiquement, le kettlebell a pour racine les mots anglais « kettle » signifiant bouilloire et « bell » qui veut dire cloche. Rassemblant l’aspect de ces deux équipements, son esthétique se rapproche plutôt d’une boule de bowling dotée d’une poignée sur le dessus. Cependant, son origine n’est pas du tout britannique. Cet accessoire vient d’une lointaine contrée qu’est la Russie. Dans le pays, on le surnomme communément : Gyria.

D’après les dires, ce matériel existait déjà dans le milieu du 18e siècle. Au cours de cette époque, il ne pesait que 16 kg. Il s’agissait en fait des boulets de canon récupérés par les soldats d’antan auxquels on a implanté une anse afin de les manipuler facilement. Au fil du temps, l’objet devient leur équipement d’entraînement dans les camps militaires.

Après la Seconde Guerre mondiale, son influence s’étend à travers le pays. Ce qui fera de lui plus tard un sport national avec la mise en place de deux fédérations internationales : l’IGSF et le IUKL. Dans les années 2000, le dispositif fut démocratisé. Il est maintenant présent dans la majorité des salles de sport et de fitness et se définit comme un matériel de musculation pratique et performant.

 

 

Les différents types

Évidemment, le kettlebell se décline en diverses variétés d’esthétique, mais conserve les mêmes facultés de polyvalence. En général, on dénombre deux grandes catégories de kettlebell : les modèles officiels et les non officiels. Respectivement, les premiers sont faits en fonte et proposent habituellement des poids bien précis de 16, 24 et 32 kg. Comme leur nom l’indique, ils s’utilisent lors d’une compétition.

D’un autre côté, les seconds types sont conçus, soit en acier, soit en plastique. Leur particularité réside dans le fait qu’ils sont disponibles sous une large variété de poids, de 2 à 32 kg. Ainsi, pendant vos achats, il vous faudra déterminer à l’avance la nature de votre activité. C’est en fonction de cela que vous identifierez la catégorie de kettlebell adapté à vos besoins et à vos performances.

 

Le JaxJox : description et mode de fonctionnement

C’est lors du CES « Consumer Electronics Show) 2019 de Las Vegas que le JaxJox fit sa première apparition. Les amateurs de cette discipline ont été immédiatement séduits par le concept innovant du dispositif. Ce qui le distingue des autres spécimens standard du marché, c’est l’intégration de sa technologie connectée qui permet d’aller sur le web ou encore de l’appareiller avec un accessoire doté de la fonctionnalité Bluetooth pour le partage des données.

Au premier regard, il revêt toujours l’esthétique des kettlebells classiques présents dans les salles de sports. Le JaxJox dispose d’un support de rangement, généralement fixé au sol pendant vos exercices avec la boule en question.

Le JaxJox s’adapte également à divers types de profils d’utilisateur. Grâce à l’existence du noyau rotatif de sélection, il est possible de passer d’un poids de 5 à 20 kilos en moins de 5 secondes.

Avec la technologie connectée, vous pouvez l’appareiller avec votre smartphone ou encore votre tablette afin de constater en live, les informations et les données relatives concernant vos performances. Toutefois, il requiert l’installation d’un logiciel spécifique sur vos accessoires pour profiter au maximum de ses multiples avantages dont la gestion des entraînements, la durée ou l’intensité de votre activité.

 

Quelles sont les raisons de l’utilisation d’un kettlebell ?

La présence des kettlebells dans les salles de sport ne relève pas d’un hasard. En effet, selon les spécialistes, il s’agit d’un équipement particulièrement complet pour se muscler, mais également pour travailler son cardio. Les types de travail balistiques sont aussi possibles avec ce matériel, sans compter les activités de remise en forme.

La polyvalence constitue un de ses principaux atouts. Grâce aux multiples exercices que l’on peut pratiquer avec le kettlebell, ce dernier est en mesure de sculpter une zone précise de votre morphologie.

Cet accessoire vous permettra d’obtenir des résultats visibles en un laps de temps court, contrairement aux haltères. Cet équipement peut donc devenir l’allié des athlètes qui ne disposent pas de beaucoup de temps pour s’entraîner, mais qui souhaitent avoir un corps tonifié après quelques séances intensives.

Dans tous les cas, ses bienfaits sont multiples. On peut notamment citer l’amélioration de l’endurance, de la souplesse, de la coordination de vos mouvements, de l’équilibre général de votre anatomie, de l’agilité, mais aussi du rythme cardiaque. De plus, cet accessoire sollicite moins la zone dorsale contrairement à la majorité des matériels de musculation. Cela vous évite par la même occasion de souffrir à ce niveau.

L’investissement sur les kettlebells est moindre par rapport à d’autres outils de musculation présents dans le commerce. Son prix reste accessible à tous les budgets.

 

 

Quels sont les exercices que l’on peut réaliser avec un kettlebell ?

Du fait de sa polyvalence, le kettlebell peut être utilisé sur une multitude d’exercices. Cependant, sa pratique requiert le respect de certaines consignes de sécurité comme le maintien d’une posture droite, ou encore la consultation d’un médecin si vous avez récemment subi de blessures graves.

En fonction de la zone de votre corps que vous souhaitez sculpter, le choix de l’exercice est primordial. Pour les fessiers et les quadriceps, vous pouvez vous adonner au swing. Si en plus de ces derniers, vous envisagez de travailler les épaules, la fente avec élévation vous permettra d’atteindre vos objectifs. Pour les abdominaux et la partie postérieure, vous pouvez vous lancer dans le triage au sol. Pour un gainage dynamique optimal, le TGU ou Turkish Get Up constitue le procédé idéal. À noter qu’il ne s’agit ici que de quelques exemples. La meilleure alternative pour maximiser les résultats serait d’approcher un coach sportif, spécialiste dans le domaine.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...