Débuter en rugby

Dernière mise à jour: 23.09.19

 

Au premier regard, le rugby est considéré comme un simple passe-temps. En l’analysant plus profondément, il s’agit d’un sport qui repose sur l’adresse des participants et l’application de stratégies complexes. Il existe une grande contradiction dans le fait de jouer avec la force, de plaquer les adversaires au sol, sans pour autant avoir l’intention de les blesser. L’intensité, le courage et les tactiques que l’on retrouve sur le terrain tiennent les spectateurs en haleine à chaque fois et nous font passer des moments inoubliables.

 

Le rugby et ses bases

Si ce sport suscite votre intérêt et votre enthousiasme, il faut d’abord apprendre les bases qui le régissent afin d’en comprendre le déroulement. Plus complexe et ambiguë que l’on ne le croit, cette pratique cache de multiples facettes. Les valeurs qu’elles véhiculent sont la loyauté, le courage, la discipline, la maîtrise de soi,  le travail d’équipe, la passion, l’intégrité et le fair-play. Ce sont autant de vertus que l’on souhaite retrouver chez tout le monde. La lutte pour la possession de ballon s’effectue dans le respect des règles et la technicité.

Pour s’initier à cette discipline, il faut commencer avec les fondements : le terrain. Cette surface comprend le champ de jeu, l’aire du jeu, l’enceinte, l’en-but, et « les 22 ». Des lignes tracées en continu ou en tirets servent de repères. Le ballon de rugby doit toujours être ovale. Il se compose de quatre panneaux d’une circonférence de 740 à 770 mm. Il est conçu avec des matériaux synthétiques similaires ou en cuir. Son poids ne dépasse pas les 410 à 460 g. Pendant un match, les ballons de rechange sont admis. Quant aux nombres de joueurs, le rugby en compte 15. Mais, la fédération peut également autoriser une rencontre avec moins que cela dans chaque camp. Au maximum, 7 remplaçants ou substituts peuvent intégrer la partie.

 

 

Comment se passe la formation sur le terrain ?

Les 15 occupent chacun des postes respectifs. Ceux qui se situent en avant se dispersent sur trois lignes. Au premier rang se trouvent deux piliers et un talonneur. À la seconde se positionnent les deux plus grands joueurs de l’équipe. Leur rôle est de pousser les deux supports pendant les mêlées. Le troisième rempart est formé par trois rugbymen, dont deux ailiers polyvalents qui assurent les plaquages. Et le dernier qui se place au centre doit être apte à protéger le repli défensif en donnant un coup de main à la défense en 2e rideau. Il se charge aussi des sorties de balles lors de demi-mêlée.

Quant aux arrières, ils sont 7 et se situent derrière les avants. Il s’agit du demi de mêlée qui possède un jeu de pieds précis et parfait. Il forme un duo avec le demi d’ouverture. Les deux sont les meneurs de jeu et constituent la charnière de l’équipe. Celui-ci attaque en réalisant des drops. Il se charge également des pénalités. Pendant les mêlées et les touches, son rôle se base sur l’orientation du bond collectif. Les centres endossent la responsabilité de la circulation du ballon. Les ailiers se servent de leur vitesse pour marquer les essais. L’arrière ou dernière ligne de défense de l’équipe envoie les attaques.

  

Comment marquer des points en rugby ?

Vous disposez de 2 possibilités : la pénalité et le drop. Avec l’un ou l’autre, vous remportez 3 points. En cas de pénalité ou faute majeure, l’objectif est de réussir à passer le ballon entre les poteaux. L’arbitre donne un coup de sifflet et la partie adverse a droit à un coup de pieds à l’endroit de l’irrégularité. Elle peut alors frapper directement aux panneaux ou encore lancer en touche ou recourir à la mêlée fermée. Le drop fait appel à l’adresse de pied.

L’essai ou la transformation constitue la manière la plus simple et la plus prisée pour gagner. Il compte dans les cinq points. Il suffit de franchir la ligne d’en-but du camp adversaire avec le ballon à la main et l’aplatir au sol une fois arrivé sur place.

 

Comment se déroule le jeu ?

Durant une passe en rugby, les participants n’ont pas le droit de lancer le ballon en avant. Pour le faire circuler et avancer, on tape du pied ou on court directement avec le dispositif sous les bras. On l’effectue vers arrière.

Quant aux mêlées, c’est l’arbitre qui l’impose au moment où une équipe a commis une faute. Les joueurs des 1ère, 2e et 3e lignes se rapprochent, s’agrippent entre eux et heurtent la partie adverse. C’est le demi de mêlée qui insère l’ovale sous le tas. Commence alors la lutte de mouvement. En outre, il y a « touche » quand le ballon ou un sportif frôle ou marche sur les tracées de touche.      

 

 

Quels sont les équipements des joueurs ?

Ce terme définit tout ce que porte le pratiquant une fois sur le terrain. L’essentiel se fonde sur le maillot, un short, des sous-vêtements et des chaussures. Pour les professionnels, les crampons des godasses doivent être conformes aux spécifications du World Rugby. Mais dans bien des cas, on autorise également les modèles à semelles en caoutchouc avec des pointes moulées. Ils sont parfois pourvus de supports à base de matériaux élastiques, lavables, et des protections de toutes sortes : tibia, dent cheville, des mitaines, des épaulières et des casques.

Pour les filles, des accessoires supplémentaires restent obligatoires. Elles doivent se munir de plastrons qui portent le Label de l’homologation du World Rugby. Le port de bas longs à base de coton est également imposé. On les enfile sous les shorts et les chaussettes.

Entre autres, il existe aussi des accessoires à bannir sur le terrain tels que les bijoux, les gants, ou encore toutes sortes de systèmes de communication. Un joueur ne peut aucunement endosser un équipement tâché de sang. À cet effet, l’arbitre ou les juges de touche se chargent de vérifier et d’inspecter les vêtements et les godasses de chaque équipe avant les matchs afin d’éviter toute méprise entre les joueurs durant le match.           

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...