De l’innovation dans nos casques de vélo

Dernière mise à jour: 13.12.19

 

En tant que parents, nous sommes là pour aider nos enfants à s’épanouir. Notre rôle est de les accompagner et de les soutenir. On espère être présent dans chaque étape de leur vie. Mais ce n’est pas toujours possible. Alors on fait de notre mieux pour leur offrir les bons outils et équipements adéquats qui puissent assurer leur sécurité. Des casques de vélos plus sûrs feront le bonheur de beaucoup de mamans. Cette idée innovante est en cours d’expérimentation. Et bientôt, on n’aura plus de souci à protéger efficacement la tête de nos bouts de chou bikers.

 

Un souci de sécurité croissante

Que ce soit les enfants ou les adultes, l’âge ne fait pas la différence lorsqu’il s’agit de cyclisme. On adore jouer au vélo ou se promener partout à bicyclette. Cette pratique est à la fois saine et amusante. Elle ne coûte pas cher et est accessible à la majorité. De plus, c’est un moyen écologique pour se déplacer, peu importe la durée du trajet à effectuer ou la nature de la route à suivre.

Derrière cette activité se cachent des risques de blessures graves voire fatales. Faire une chute de bicyclette est assez fréquent, surtout chez les enfants. Il est vrai que les autorités font de leur mieux pour réduire les accidents mortels en vélo, le fait que le nombre soit progressivement passé de 900 à moins de 200 personnes par an de 1960 à 2016 le prouve bien. Toutefois, il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers, car un accident tout bête peut très vite avoir des conséquences irrémédiables et particulièrement chez un enfant.

Une lésion cérébrale due à l’inattention de certains peut changer toute notre vie. Elle impacte principalement dans les zones fonctionnelles de notre corps : la cognition, le langage, la mémoire, ou encore la faculté de bouger. Nous, en tant que parents, éprouvons cette peur quand nos enfants sortent à vélo. Ainsi, des casques à la mesure de nos attentes seront les bienvenus.

 

 

Les normes et les lois autour du port de casques

La circulation à vélo est régie par des règlementations strictes. Cela varie suivant le pays et le gouvernement. Mais pour la majorité, le port de casque pour les enfants et les jeunes reste obligatoire. La loi demande à ce que chaque citoyen de moins de 18 ans ne sorte à bicyclette que s’il en porte un. Pour les cyclistes professionnels encore mineurs, c’est aux tuteurs et aux parents qu’incombe la responsabilité de s’assurer de leur sécurité.

Les adultes ne sont pas assujettis à cette exigence. Le choix de s’accessoiriser d’un tel appareil part d’eux-mêmes. Mais, effectivement, cet équipement constitue un moyen efficace de se protéger des accidents et des blessures graves.

Tous les casques ne procurent pas la sécurité réelle qu’on attend de ce type de matériel. Leurs qualités sont également soumises à des règlementations précises. Ainsi, le modèle doit correspondre aux normes sécuritaires. Il doit être ajusté à la morphologie de la tête de son propriétaire. Il faut aussi le porter correctement. Lorsque l’outil est mal ajusté, il peut glisser vers la nuque ou devant les yeux et nous cacher la vue. Veillez alors à ce que les V des sangles entourent vos lobes pour se fermer au niveau de notre menton.  

 

Les limites des casques à vélo actuels

Les études montrent que l’efficacité du port de casque oscille entre 40 à 85 %. Cela dépend essentiellement de la nature de l’outil et de la manière dont il est porté. Certes, le dispositif nous préserve des chutes mortelles. Toutefois, il faut tout de même signaler ses limites en tant que protection. La technologie composant l’article est loin d’être parfaitement au point.

Les impératifs de légèreté imposés par les publicités et les arguments de vente conduisent les concepteurs à se tourner vers des solutions peu convaincantes. Ils se lancent alors dans un compromis ambigu qui permet d’apporter juste assez de protection pour parvenir à amoindrir le poids de l’outil et lui conditionner une aération d’appoint. Depuis longtemps, la priorité s’est focalisée sur la protection de la figure du cycliste et les conséquences des impacts latéraux négligées.

Le système de sangle de retenue peut également montrer quelques défaillances. Il s’ajuste difficilement à la personne et peut se dérégler aisément. Voilà pourquoi, beaucoup de fabricants se dégagent de toute responsabilité si le casque est mal attaché. Pour ces nombreuses raisons, il s’avère utile et indispensable de perfectionner davantage la nature de ces spécimens pour veiller au mieux à la sécurité des êtres qui nous sont chers.

 

 

Ce que nous apportent la science, la technologie et l’avenir

C’est notamment dans cette perspective que l’appel de Louis Garneau concernant la conception de modèles de casques plus sécuritaires fut entendu par de nombreux inventeurs et ingénieurs québécois. Depuis, les demandes de rejoindre le groupe ne cessent de s’accroître. Beaucoup de scientifiques souhaitent s’aligner à la vision de ce cycliste et homme d’affaires de renom.

Effectivement, il a l’intention d’innover et d’apporter une touche de modernité dans les versions traditionnelles de casques de vélo. Il compte créer une nouvelle génération qui promet plus de sûreté. Ayant lui-même vécu la mauvaise expérience d’une chute à vélo, cela lui a permis de prendre conscience de la défaillance de ce système de protection et l’a incité à prendre des initiatives concrètes concernant le sujet. Pour mettre en route son projet, il décide de céder la responsabilité technique de ce programme à son chef de division des casques chez Louis Garneau Sports.

Pour arriver à bon port, M. Garneau sollicite le partenariat avec l’État. Le ministre de la Capitale-Nationale Sébastien Proulx n’a montré aucune hésitation dans le soutien d’une telle perspective qui vise la protection des citoyens. Pour davantage pousser et développer la présence internationale de l’entreprise, l’aide de 1,74 million de dollars du gouvernement va aussi favoriser son virage numérique.  

En effet, cet ancien olympien voit grand. Il ne veut pas seulement équiper les compétiteurs, il souhaite atteindre des marchés plus grands, c’est-à-dire monsieur tout le monde.

  

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...