Comment surfer en snowboard en toute sécurité sur la poudreuse ?

Dernière mise à jour: 23.10.19

 

Les sports de glisse ainsi que les sports extrêmes sont sans savoir les plus dangereux qui soient et ceux qui enregistrent le taux d’accident le plus haut toute discipline confondue. Pourtant beaucoup adorent les pratiquer du fait des sensations obtenues. Le snowboard en fait partie. Avant de vous lancer sur le Mont Champ du Feu, prenez alors toutes les précautions du monde.

 

Quelques mots sur le sport

Le snowboard est un sport qui a vu le jour vers les années-20 de l’initiative de Jake Burton. En réalité, ces dires ne sont pas totalement fondés, mais il a remporté le brevet. En ce temps-là, ce n’est pas tout le monde qui pouvait s’offrir une planche. Ce n’est que plusieurs années après que la discipline s’est vulgarisée. Il a fallu que des champions olympiques en fassent la promotion.

Il existe plusieurs variantes du snowboard avec chacune leur board spécifique, dont le freestyle, le half-pipe, le slalom, le snowboardcross, le slop, style, ou encore le big-air qui ont pour la plupart été intégré aux Jeux olympiques.

 

 

Quel snowboard choisir ?

On se perd souvent entre les multiples modèles de snowboard sur le marché. Effectivement, chaque discipline a le sien. Ainsi, on distingue deux principales catégories de planches de snowboard qui sont la freestyle et la freeride ou all-mountain. Ne confondez pas les deux. Si vous avez l’habitude de pratiquer dans les parcs, ou dans la rue, il vous faudra une freestyle. Cette dernière de par sa forme permet plus de contrôle de l’équipement que vous ridez en avant ou en arrière.

Par contre, en montagne, il n’y a rien que l’all-mountain. Si vous recherchez des planches qui vont sur tous les terrains, et correspondent à différents styles, préférez les all-mountains. Elles procurent plus de vitesse, et aident à mieux gérer les virages. Elles conviennent aussi bien aux débutants qu’aux riders avancés.

Prêtez également plus d’attention aux dimensions. Il n’y a pas vraiment de consignes particulières concernant cette caractéristique. Un snowboard arrive généralement jusqu’à la bouche de son propriétaire lorsque celui-ci le met debout, mais selon la piste à attaquer, ils gagnent ou perdent en longueur.

On peut envisager d’acheter les composants séparément, mais pour des non-connaisseurs, il est plus pratique de se procurer des kits complets. Dans une couche de neige épaisse, on choisit les modèles longs, car les courts risquent de se prendre rapidement dedans. Sinon, une version courte avantage plus les freestylers. Faites attention à la largeur. Celle-ci dépend principalement de la taille de vos pieds. Pour des grosses pointures, il va de soi qu’il leur faut un exemplaire tout aussi grand.

Vous entendrez souvent les termes profile ou tension, les différentes technologies propres à chaque marque, de shape ou de forme décrivant le nose et le tail, de flex ou raideur. Tous ces détails comptent et doivent être sélectionnés avec parcimonie si vous voulez trouver un snowboard à votre profil.

 

Pourquoi les fixations importent-elles autant ?

Le réglage des fixations joue également un grand rôle dans la performance du snowboardeur. Les puristes parlent de « waxer ». Mais en langage normal, cela signifie ajuster les attaches, et moduler le board pour le rendre aérodynamique.

Il existe deux moyens pour que les chaussures restent collées aux emplacements dédiés sur la planche, souvent sous forme de semelles. Le premier se résume en des sangles à passer autour de la cheville, et des orteils. Cette catégorie de fixation est d’ailleurs possible sur n’importe quel modèle classique.

Pour le second type, les boots embarquent à l’arrière une charnière qui s’emboîte directement sur la partie spécifique de la planche de quelques gestes du pied. Ainsi on modifie plus aisément leurs positions selon les circonstances et en un clin d’œil.

 

 

Comment ajuster son snowboard à ses chaussures ?

Après s’être habillé, il importe de se poser les bonnes questions avant de se mettre au travail afin de ne pas perdre des heures à régler ses fixations sur son board. Quel pied placez-vous avant l’autre sur le snowboard ? Ensuite, vous aurez à décider de la distance entre eux sur la planche. Pour les initiés, il existe une norme standard qui veut que les pieds se situent près du centre de cette dernière. Et au fur et à mesure que vous progressez, vous les écarterez un peu plus. En freestyle, il est conseillé de bien espacer les pieds afin de garder l’équilibre à la réception, et sur chaque figure.

Veillez à ce que vos pieds et vos straps soient bien cadrés au milieu et qu’ils ne dépassent pas de la largeur de la planche.

Cela fait, déterminez quel angle sur lequel vous poserez vos fixations à l’avant et l’arrière du board : +15° à l’avant et 0° à l’arrière. En freestyle la valeur avant passe à environ 12° tandis que l’arrière se situe à 4 à 5°. En all-mountain, le pied avant se met à 15° et l’arrière de 0 à 5°.

Sur les pistes, en pleine pratique, vous serez peut-être amené à régler vos fixations, donc munissez-vous d’un tournevis sur vous.

Tous les ajustements effectués, testez vos fixations avant de vous lancer. Déplacez-vous sur quelques mètres en sautant et quand vous vous sentirez totalement à l’aise.

 

Se lancer sur la poudreuse

Il est essentiel de préciser qu’on règle uniquement les fixations qu’en haut de la pente ou avant de monter dans le télésiège. Sinon, vous risquez d’avoir du mal à vous rendre au point prévu.

Il ne s’agit pas de faire de vous un pro en quelques lignes, toutefois pour toute pratique de snowboard, il existe des bases communes à respecter qui vous aideront à rapidement progresser.

Si vous venez à peine de commencer, exécutez les mouvements de base tout près de chez vous, afin de pouvoir vous entraîner aussi souvent que nécessaire. Apprenez à tomber, à vous relever, à tourner et à sauter sur votre board. Démarrez avec des pentes faibles pour vous familiariser avec la glisse.

Au moment de descendre, tenez-vous droit avec l’un des pieds en avant et l’extrémité du board pointant la direction que vous comptez prendre. Appuyez légèrement sur le pied directeur pour vous laisser doucement tomber.

Surfez en pliant les genoux de quelques centimètres afin de faciliter les virages, surtout si vous commencez à aller vite. Pour effectuer une rotation, équilibrez votre poids sur la planche en l’orientant dans le sens voulu. Fléchissez les genoux ainsi. Pour ralentir, transposez tout votre poids vers l’arrière.

Pour vous arrêter, il n’y a pas d’autres moyens à part tourner à 90° en grattant une bonne couche de neige.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...