Comment interpréter la rencontre de Trump et de Poutine à Helsinki ?

Dernière mise à jour: 22.09.19

 

La rencontre du chef d’État américain avec celui de la Russie à Helsinki a beaucoup fait parler d’elle, et notamment au désavantage du premier. Trump se serait mis à dos la Planète entière ou du moins la première puissance mondiale en pactisant avec Poutine, mais semble camper sur ses positions pour des raisons… encore inconnues.

 

Un autre point noir au tableau du Président

Tout porte à croire que la Russie s’est une fois de plus un peu trop mêlée des affaires du pays de l’Oncle Sam lors des élections en 2016. Pire, elle aurait même porté atteinte à la démocratie. Les services de renseignement ont des preuves et maintiennent cet état de fait, malgré la position clairement exprimée du chef suprême de la Nation. Plusieurs annonces publiques ont d’ailleurs été faites par ces institutions concernant leur point de vue sur cette affaire et sans passer par le sommet du Gouvernement.

Ce dernier n’en a pas fini de collectionner les maladresses depuis sa prise de pouvoir. Si l’on refait un saut dans le passé, on réalise que déjà le fait qu’il soit élu a occasionné de nombreuses polémiques. Elle ne cadrait pas vraiment avec la vision de l’Amérique, telle qu’on la voit actuellement. Cela ne l’a pas empêché de s’affirmer en tant que chef d’État. Même après qu’on ait annoncé que son mandat était le pire de tous, il ne s’est pas découragé pour autant.

Et des erreurs, on peut dire que Trump en a une belle collection. Sans parler de ses propos calomnieux sur les origines de l’ancien président Barack Obama, ou encore de son attitude irrespectueuse envers les femmes. Mais Trump n’en a pas seulement après les femmes. Il voit aussi d’un mauvais œil les Latinos. La preuve : il a voulu isoler le Mexique, car pour lui, il ne comptait que des contrebandiers et des violeurs. Il aurait comparé une actrice américaine à différents animaux. Eh oui, ce grand homme n’est pas connu pour mâcher ses mots.

On ne compte plus les publicités et les émissions télévisées auxquels il a participé et qui font aujourd’hui l’objet de moqueries à son encontre. Donald Trump n’a donc pas fini de collectionner les bavures et les mauvais pas qui ont vite fait de ruiner sa réputation auprès des Américains.

 

 

Ce que l’Amérique entière lui reproche

En se rangeant du côté de Poutine, Donald Trump fait passer l’Amérique pour un faible selon plusieurs sources d’informations. Cela a même fait naître plusieurs commentaires désobligeants de plus à son encontre tel que répugnant ou encore antipatriotique. Les médias et les citoyens ne le ménagent vraiment pas.

Et pour cause, si lui voit cela comme un effort permanent d’éviter une guerre nucléaire et d’entretenir de bonnes relations avec un président nerveux qui maintenant peut faire ce qu’il veut de l’Amérique, d’autres le prennent comme un signe de vulnérabilité. Des suspicions démarrent déjà chez les citoyens et les médias comme quoi la Russie aurait des dossiers incriminants le président américain, grâce auxquels elle ferait main basse sur lui.

La CIA, elle, craint que le président américain ne se soit laissé manipuler par les renseignements russes. Les démocrates se rangent du même avis : Trump ferait courir un grand danger à l’Amérique en agissant ainsi.

De son côté, le FBI ne voit pas d’un bon œil que Donald Trump a licencié son ancien directeur James Comey. Il pense que le Président a agi sous l’influence de la Russie et a lancé une enquête de contre-espionnage pour découvrir le fin mot de l’histoire.

 

 

Ce qu’a toujours été les relations États-Unis-Russie

Pour comprendre les événements récents, il est bon de se replonger quelques années plus tôt, et de voir de plus près les relations entretenues par les deux États. Outre la Guerre froide, l’Amérique et la Russie ont toujours été en tension. Cela ne date pas d’hier. Différents points de vue, ou la lutte pour mettre la main basse en Syrie, en Ukraine ont de plus en plus détérioré leurs ententes.

Et malgré la signature de plusieurs traités sur le nucléaire, les États-Unis surveillent de près tout nouveau mouvement de la Russie.

En 2016, les choses se sont envenimées entre les États-Unis et la Russie. La Russie parlerait même d’une nouvelle Guerre froide due au fait que Washington l’ait accusée d’avoir été mêlée à l’empoisonnement de l’officier de renseignement russe Serguei Skripal et de sa fille et l’ait sanctionné pour cela.

Toutefois les relations des deux pays n’ont pas toujours été au plus mal. En 2014, la Russie apporte un soutien aux États-Unis en leur vendant du gaz destiné à alimenter les ménages en cours 2017-2018 malgré l’embargo alimentaire. Trois ans plus tard, les services de renseignement américains aident la Russie à éviter un attentat.

À ce jour, personne ne sait vraiment sur quoi les deux chefs d’État s’entretiennent, vu que toutes leurs rencontres, cinq jusqu’ici, ont été tenues secrètes même si Donald Trump nie les faits et affirme avoir discuté du sort de l’Israël avec son interlocuteur. Il est même allé jusqu’à confisquer ses notes à son traducteur à Helsinki. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, Donald Trump montre au public qu’il a toute confiance en Poutine et en la Russie et essaie de gagner des points auprès de l’auditoire en organisant un meeting avec le Congrès.

Lors de son discours, il a préféré prôner l’unité en prenant exemple sur des personnes ayant mobilisé grand monde autour d’une même cause valeureuse, lui remportant des points auprès de l’opinion publique et faisant refroidir les grands débats sur Helsinki. Il s’est montré comme le président de l’Amérique entière. Il a parlé de Moscou, et a pointé du doigt son équipe de campagne d’handicaper son mandat. En tout cas, la question qui a fait l’objet de débats ce jour était le mur que Donald Trump désire ériger à la frontière du Mexique.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...