Ce soir on parle bowling – apprendre le jargon

Dernière mise à jour: 14.11.19

 

Comme dans de nombreux sports, le bowling comporte un lexique particulier que seuls les connaisseurs et les joueurs professionnels partagent. Si vous avez décidé de vous y mettre dans cette discipline aussi conviviale qu’athlétique, voici les expressions à apprendre par cœur.

 

L’allée

Cette expression se dit également pour désigner la piste. Cette dernière qui se trouve être un composant essentiel du jeu se présente une longueur officielle de 24.04 m et une largeur de 1.06 m. Elle est délimitée à l’avant par la zone d’approche de 4.87 m ainsi que la ligne de faute (le joueur ne doit en aucun cas l’écraser ni la franchir sous peine de perdre son tour). Sur les côtés on repère les rigoles ou des gouttières longeant la piste. Au bout se situe la zone de quilles où ses équipements sont disposés de manière triangulaire.

 

Le dalot

Il s’agit de la zone qui se trouve sur les côtés de l’allée. Une fois la boule engouffrée dans les rigoles ou communément appelées gouttières, vous ne risquez pas de marquer des points. Vous récupérez ensuite votre boule automatiquement après le lancer.

 

La boule

Cet équipement constitue un des éléments nécessaires pour jouer. Une bonne boule de bowling respectant les normes internationales fait 22 cm de diamètre. Ces mesures ne varient pas d’après le profil du pratiquant, contrairement au poids. En effet, la masse peut être de 6 à 16 livres, à choisir selon le poids du joueur et de préférence, toujours prendre 1/10 de l’athlète concerné. Pour un enfant de 30 kg par exemple, il devra se munir d’un modèle de 6 livres. Le dispositif se compose obligatoirement de 3 trous à travers lesquels on place les doigts (le pouce, le majeur et l’annulaire) pour effectuer un lancer avec précision. Il compte habituellement de 3 éléments qui sont : la coque, le noyau et la masse de pesanteur. Choisir le meilleur équipement est alors primordial surtout si vous souhaitez progresser de manière significative dans le domaine.

 

 

La quille

Elle est conçue en bois d’érable revêtu par du plastique laqué. Elle présente la forme d’un triangle. Elles font 38.10 cm de haut et 5.7 cm de diamètre. Quant à la zone bombée à la base, elle mesure 11.43 cm de diamètre. Elle pèse 1.5 kg. Dans une compétition officielle, elle compte au nombre de 10 disposé en formation triangulaire au fond de la piste espacé d’une distance de 30.40 cm chacune.

 

Le frame

Un frame se compose de 2 possibilités de lancer de la boule, sauf si vous faites un strike, vous passez directement au frame suivant. Dans une partie, on en dénombre 10. 

 

Beer frame

Le beer frame désigne le moment d’un match où tous les joueurs effectuent un strike sauf un. Ce dernier devra alors payer une tournée générale à tous les participants.

 

Un strike

Il s’agit d’un terme désignant le fait d’évincer toutes quilles en un seul lancer. Dans certains pays, on appelle cela un abat. Pendant le décompte, vous gagnerez 10 points supplémentaires en plus des deux boules suivantes lors du prochain frame.

 

Un spare

Lorsqu’il reste encore des quilles sur la piste après que votre boule a mis à terre quelques-unes, on appelle cela un spare. On le surnomme également « réserve ». Dans cette circonstance, le comptage des points sera divisé par une barre (/). Au moment où vous réussissez à abattre les dernières quilles avec la seconde boule, vous bénéficierez de 10 points en plus et le nombre de quilles tombées au lancer suivant.  

 

Un split

Dans le langage courant du bowling, on peut également remplacer le split par le jeu ouvert. On emploie ces termes lorsque toutes les quilles ne sont pas à terre à la fin des deux lancers. Dans ce cas, on compte seulement le nombre de quilles abattues dans le frame. On n’obtient évidemment pas de bonus supplémentaire.

 

Une trouée

On appelle trouée le fait de laisser des quilles de chaque côté de leur positionnement après le passage de la boule. À ce moment, il est difficile de réaliser un spare.

 

Les strikes consécutifs

En anglais, cette expression se traduit par le « Turkey ». On l’emploie lorsqu’un joueur réalise trois strikes de suite. S’il parvient à en faire 6, il obtient alors un « six pack ». Dans la foulée, il peut arriver que le participant atteint les 8. Ici, on parle d’un « Eight-in-a-row ». Un « perfect game » se dit d’un jeu où l’athlète accède à un parcours sans fautes, c’est-à-dire, rien que des strikes sur le frame. Dans ce cas, on lui attribue la note maximale qui est de 300 points.

 

 

Une boule morte

Pendant le lancer, il se peut que les joueurs manquant d’expérience rencontrent ce phénomène. Il s’agit de la « boule morte ». Cette expression se dit lorsque l’équipement perd en rotation, en poussée et en trajectoire sur la piste avant de toucher les quilles. En d’autres termes, le matériel n’arrive pas atteindre le but préconisé par le lanceur en question.

 

Une belle-mère

Si vous ne réalisez pas un strike, il se peut que vous rencontriez cette situation suivante. Cette expression fait son apparition dans le cas où une quille vient à se cacher derrière une autre après que la boule en ait fait tomber d’autres. Cela ne signifie pas que la manche s’arrête pour autant si vous en êtes encore à votre premier lancer.

 

Les chaussures

La tenue vestimentaire n’est pas obligatoire au bowling sauf le port de chaussures spéciales. Ces dernières sont exclusivement conçues pour assurer le freinage à la fin de la course d’élan tout en favorisant la glisse sur le parquet.

Habituellement, elles sont constituées d’une semelle en cuir et d’un talon en caoutchouc pour vous permettre de réaliser ces performances. Les paires doivent également procurer le maximum de confort afin que le joueur ne rencontre pas de difficulté dans la gestuelle lors du lancer de la balle.  

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...